Des nouvelles du Sud !

Je vous écris d’un petit gîte, situé entre Toulouse et Auch, à une dizaine de kilomètres de L’Isle-Jourdain. Il est grand temps de donner des nouvelles et de répondre à toutes les « questions fréquemment posées » !

  1. Grand classique: « tu as quitté Paris ?! »

Et bien… oui ! Après onze ans de bons et loyaux service dans la capitale, j’ai pris mon courage à deux mains, suivi mon coeur qui depuis des années me pressait d’aller au vert et (ayant toujours besoin d’un bon prétexte) j’ai co-fondé, avec Allison et Bertrand, l’association Col-Vert. Celle-ci me permet de sillonner les routes de France à vélo, de rencontrer du monde, d’être hébergée dans des super endroits et de vivre ma vie rêvée de nomade.

     2. « Et ton boulot ?! »

Depuis 2005, soit l’année de mon bac, je n’ai pas arrêté : études, restauration, études, p’tit boulots, stages, études, restauration, grand boulot, etc. Bref. Il fallait mettre fin à ce cercle vertueux (je commençais à tourner en rond) et comme le système français est, de ce côté là, hyper bien fichu, j’ai droit à une grosse année de trop perçu de mes cotisations. Je suis donc… chômeuse !

    3. Toi ? Chômeuse ? En  pyjama à attendre des offres de poste ? 

Et bien non ! Comme beaucoup de chômeurs, je profite de ce temps libre pour vaquer à mes passions. Et je prépare mon avenir.

D’un côté, Col-Vert : gros périples en bicyclette, rencontres, débriefs, sessions de capitalisation, rédaction, admin’, logistique, réparation de vélos…. y’a de quoi faire ! Et autant que faire se peut, nous écrivons des articles sur le blog https://canethon.wordpress.com

D’un autre côté, la recherche. Voilà quelques années qu’un sujet (et pas des moindres) m’obsède : la bouffe (c’est ça de passer trop de temps en France !). Que mange-t-on ? D’où viennent les produits ? Comment sont-il transformés ? Et en suivant le cheminement, on en vient à se demander qui possède ces business ? Qui possède la terre ? Certains en tirent-ils profit ? Comment ? Est-on heureux lorsqu’on mal-bouffe ? Et lorsqu’on mange bien ? Nos pays sont-ils tous égaux devant cette question ?

Ce super sujet me permet de rencontrer plein de monde, de Pierre Rabhi à Frédéric Bosqué, en passant par des personnes qui tentent de s’affranchir de tous les intermédiaires pour s’alimenter localement, des responsables d’ONG en sécurité alimentaire, des agriculteurs, des artisans, des managers de chaînes bio et pas bio, des gérants d’épicerie solidaire, etc, etc.

Je passe donc mes journées à discuter, à bouquiner et à recueillir des milliers d’infos sur :

  • l’accaparement des terres,
  • l’autonomie,
  • la dignité (si, si, je vous jure c’est lié !) ,
  • l’exode rural (et le petit nouveau un peu hype : « l’exode urbain »)
  • les besoins primaires et les matières premières,
  • l’agriculture, l’agro-écologie, la permaculture,
  • les grandes firmes agro-alimentaires,
  • les politiques publiques locales, la territorialité, la gouvernance, et… soyons fous, la « démocratie »,
  • les partenariats public-privé (la NASAN, ça vous dit quelque chose ?)
  • les initiatives locales qui marchent pour redonner aux gens une indépendance par rapport à l’assouvissement de leurs besoins primaires.

   4. Et que vas-tu faire de toutes ces données ?!

Et bien… Si j’arrive à cadrer le sujet, à lui trouver une place dans le milieu universitaire, j’en ferais bien… UNE THESE !

   5. Et qu’est-ce qu’une thèse ? 

Ce sont des années de recherche sur un sujet, afin de prouver quelque chose qui pour l’heure n’est qu’à l’état d’hypothèse. Dans l’idéal, le chercheur est financé (par la fac, par l’Etat, par une asso, par une entreprise) et organise son temps au mieux pour pondre un texte de quelques centaines de pages.

Bref, mon rêve ultime : être payée pour chercher des réponses à des questions qui m’obsèdent et pouvoir à loisir faire des terrains dans des endroits que j’aurai choisi…

   6. Et tu la prépares où, cette thèse ? 

Pour le moment, et jusqu’à mi-décembre, je serai basée dans le Gers, et ensuite… Bretagne ? Lot-et-Garonne ? Nous verrons bien !

Je teste la vie « à la campagne » : je suis entourée de poules et de pèlerins en route pour Compostelle, je vais chercher le pain en voiture vélo (autant que faire se peut) et je me renseigne sur les horaires des marchés locaux.

Bref… je suis « bieng », comme ils disent ici !

J’attends de vos nouvelles et les photos de vos tours du monde, de vos enfants, de vos chats…

N’hésitez pas non plus à liker la page de Col-Vert sur Facebook : https://www.facebook.com/colvertinternational/?fref=ts, à suivre le blog, à nous faire part de vos retours, de vos critiques ou suggestions !

A très vite pour d’autres nouvelles !

img_0032

Ah oui, et pour ceux qui ne m’ont pas vue depuis quelque temps, j’ai adopté la coupe super pratique, pour une vie toujours plus décoiffante 🙂 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Des nouvelles du Sud ! »

  1. Très bien Bébé rond (euh, on fait comment pour les -rares- corrections ?)

    Bisous et peux-tu me répondre pour Toulouse ? J’ai trouvé un chouette hôtel au centre et en face de la gare.

    😻😍🐰🐣🐈🐓

    Envoyé de mon iPad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s